Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La petite bibliothécaire

Articles avec #romans francais tag

"La femme-Maÿtio" : la première rencontre avec l'art.

14 Novembre 2020 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

La femme-Maÿtio de Béatrice Castaner  (Serge Safran)

Après un premier roman qui se passait déjà durant la vaste période de la préhistoire, nous voici replongés aux débuts de l'humanité. La femme Maÿtio, le personnage central de l'histoire est une figure forte et résiliente de femme dans ce monde préhistorique que l'on se représente souvent, à tort, comme un monde d'hommes.

Contrainte de rester dans une grotte alors que le reste de son groupe se déplace, l'héroïne va faire le lien entre la nature et l'art, en traçant les premiers traits sur les parois de sa grotte...

C'est une très belle façon d'imaginer les débuts de l'art pariétal, et un texte qui se lit comme un poème. Avec l'écriture très travaillée de ce roman, on se laisse emporter à travers les âges avec beaucoup de bonheur.

"Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon" : un titre très long pour un roman qui se lit vite.

11 Juillet 2020 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon de Jean-Paul Dubois (L'Olivier)

On suit dans ce roman le parcours chaotique d'un jeune français, né d'un père pasteur danois, tout au long de sa vie jusqu'à son incarcération. Le roman alterne les récits de la vie en prison et du passé du héros, où l'on découvre peu à peu ce qui l'amène à purger sa peine.

J'imagine que l'auteur aime (comme moi) les romans de John Irving dont il semble s'inspirer clairement. Malheureusement, tout le monde n'est pas John Irving... Malgré une écriture fluide et entraînante, on reste un peu sur sa faim à la lecture de ce roman. On sent bien que chaque mot est choisi avec précision, que le suspens est (assez grossièrement) ménagé et que le personnage se veut complexe mais la magie n'opère pas pour moi !

C'est cependant un très bon livre de plage ! Mais pourquoi avoir donné le Goncourt à un très bon livre de plage, le mystère reste entier...

"Les choses humaines" : anatomie d'une famille au bord du précipice.

12 Mars 2020 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Les choses humaines  de Karine Tuil (Gallimard)

Avec ce roman haletant, on assiste à l'effondrement d'une famille qui a tout pour plaire... et pour agacer. Riches, puissants, les trois personnages centraux sont habitués à réussir mais ils vont être confrontés à la chute.

En abordant de nombreux sujets d'actualités dans son livre, l'auteure fait le pari de l'inscrire dans notre époque sans occulter la dimension fictionnelle ni en simplifier le propos. Les personnages sont complexes, un peu attendus parfois mais le rythme du récit le rend très agréable à lire.

Les jurés du prix Goncourt des lycéens 2019 ne s'y sont pas trompés : c'est un roman à lire !

"Par les routes" : le voyage intérieur

24 Février 2020 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Par les routes  de Sylvain Prudhomme  (Gallimard)

En plongeant dans ce roman, on est happé par une atmosphère particulière, parfaitement maîtrisée par son auteur. Embarqué dans un trio de personnages qui oscille entre fuite et attachement, on voyage à travers la France et à travers les sentiments.

Les thématiques sont classiques, mais les personnages sont suffisamment singuliers et attachants pour lui avec plaisir ce roman, éloge de l'introspection. Malgré quelques longueurs, c'est une histoire qui mérite qu'on s'y arrête. Un roman à lire le temps d'un voyage, physique ou non !

"le lambeau" : un morceau de vie.

2 Septembre 2019 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Le lambeau de Philippe Lançon  (Gallimard)

Ce récit autobiographique nous plonge dans l'histoire intime d'un homme, autant que dans l'histoire nationale française. Victime de l'attentat de Charlie Hebdo, une longue reconstruction physique est nécessaire à l'auteur, qui nous livre ce récit avec sincérité et pudeur.

Roman-fleuve qui débute avec l'attentat et qui se construit autour de flashbacks, j'ai globalement aimé le rythme de ce roman. Il y a parfois quelques longueurs et répétitions, mais le parcours de l'auteur passionne et l'écriture fluide du journaliste nous emporte. Pourtant, rien n'en fait un roman exceptionnel, mis à part l'émotion que peut naturellement susciter cette histoire tragique. J'en conseille donc la lecture, mais en étant moins dithyrambique que certains...

"À la ligne" : le quotidien stakhanoviste

18 Avril 2019 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

À la ligne de Joseph Ponthus  (Éditions de la Table ronde)

Ce roman, prix Régine Deforges 2019, est donc la première œuvre de fiction de Joseph Ponthus. C'est un roman au style original et percutant : sans ponctuation, les phrases sont rythmées et le lecteur peut se les approprier librement. J'ai apprécié ce style efficace et adapté à la thématique du roman.

L'auteur raconte en effet ses quelques mois en intérim dans différentes usines agroalimentaires. Le quotidien éprouvant de l'abattoir, le travail physique qui vide la tête et meurtrit le corps sont décrits sans angélisme. Cependant, le roman m'a laissé une impression un peu malsaine. Je ne sais pas si c'est la distance adoptée par l'auteur (homme cultivé, exerçant à l'origine un métier dans le domaine social) ou la profusion de citations (ce que je n'apprécie guère en général) mais ce décalage perpétuel m'a empêché d'apprécier pleinement la lecture. C'est cependant un roman que je vous conseille pour son originalité et son style!

 

"Point cardinal" : récit d'une transition

16 Avril 2019 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Point cardinal de Léonor de Recondo  (Sabine Wespieser)

J'avais beaucoup aimé l'écriture de Léonor de Recondo dans Amours. Ici, l'auteure à l'écriture intimiste choisit un thème qui l'est tout autant. Elle parle de la transition d'un homme vers sa nouvelle vie en tant que femme. On voit l'évolution de ce personnage principal qui un jour, va trouver le courage de révéler à tous qui il est vraiment. Mettant à l'épreuve son couple, ses enfants, ses amis, il va être capable de se sortir de sa chrysalide.

C'est un beau portrait de femme, peut-être un peu maladroit parfois mais qui a le mérite de mettre en avant un sujet sensible, la transidentité, et particulièrement pour une femme ayant une vie déjà bien établie.

J'ai cependant moins apprécié l'écriture, j'ai trouvé le style moins fluide, plus laborieux que pour Amours. Mais c'est un roman que je conseille tout de même!

"Leurs enfants après eux" : les histoires d'une cité

31 Mars 2019 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Leurs enfants après eux  de Nicolas Mathieu  (Actes sud)

En général, je n'aime pas particulièrement les romans qui reçoivent des prix, et surtout le Goncourt. Pour moi, la littérature est une rencontre, une rencontre entre le livre et le la lectrice que je suis. Le Goncourt, ça fait un peu mariage arrangé du coup... Pourtant, cette année, je me suis laissée tenter.

J'avoue avoir apprécié ce roman. L'écriture est fluide, l'auteur manie le suspens avec soin. Les personnages sont un peu superficiels mais l'atmosphère est particulièrement réussie. Le personnage principal, c'est finalement cette petite ville fictive, Heillange. De ce point de vue là, le roman est une vraie réussite. De plus, il trouve un écho particulier dans notre actualité nationale.

Alors, même s'il y a quelques longueurs, je vous conseille vivement ce Goncourt 2018.

"Tenir jusqu'à l'aube" : éloge de la fuite.

5 Février 2019 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Tenir jusqu'à l'aube de Carole Fives  (Gallimard)

Parfaite observatrice, l'auteure nous raconte une histoire ordinaire. Une jeune femme se retrouve mère célibataire, avec un travail en free-lance autant qu'en pointillés et vit donc en tête-à-tête avec son fils de deux ans. Mais un soir, elle décide de "fuguer" quelques minutes et part explorer la ville pendant que sa progéniture dort...

On retrouve à travers ce texte, poétique et sombre, toutes les difficultés des mères célibataires, sans angélisme. L'écriture nous emporte et le personnage principal à la psychologie travaillée et subtile nous colle à la peau.

Un beau roman, à découvrir.

"Gabriële" : le récit d'une femme libre

1 Février 2019 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Gabriële d'Anne et Claire Berest  (Stock)

Gabriële est la femme du peintre Francis Picabia, sa première femme. Mais c'est surtout une femme extraordinaire de liberté, d'audace et d'intelligence, racontée ici par deux de ses descendantes.

De ce récit à quatre mains, on apprend beaucoup et on plonge avec délice dans ce début de XXème siècle qui passe de l’impressionnisme au cubisme, de l'orphisme au dada. Gabriële Buffet a accompagné Francis Picabia dans toutes les étapes de sa création, elle a aussi côtoyé Guillaume Apollinaire, Marcel Duchamp... C'est toute une époque qu'on retrouve dans ce roman à la précision documentaire.

L'écriture est étonnamment fluide pour un roman écrit à quatre mains, et les auteures savent se placer correctement dans l'histoire, sans ajouter au récit des longueurs inutiles. J'ai beaucoup apprécié ce roman, qui, certes, manque un peu d'âme mais qui rend hommage avec grâce à une des nombreuses oubliées de l'Histoire...

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs