Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La petite bibliothécaire

Articles avec #romans etrangers tag

"Hamnet" : l'histoire à hauteur d'enfant

14 Juin 2021 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans étrangers

Hamnet de Maggie O'Farrell  (Belfond)

J'ai aimé l'écriture exigeante et précise que l'auteure déploie avec virtuosité dans ce roman. Entre roman historique (l'intrigue se situe en 1596), liens fraternels, histoire d'amour et avec un soupçon de magie, ce roman nous transporte dans un univers shakespearien... Et pour cause ! J'ai vraiment aimé le parti pris de l'auteure. J'ai néanmoins moins accroché avec certains passages un peu trop contemplatifs à mon goût.

C'est un roman qui pourra plaire à celles et ceux qui aiment les récits dans la tradition anglaise, ceux qui aiment les récits historiques, les histoires de famille... Le livre a été remarqué et primé, à vous maintenant de le découvrir !

"Après l'incendie" : la flamme du romanesque

3 Juin 2021 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans étrangers

Après l'incendie de Robert Goolrick  (Anne Carrière)

L'écriture de Robert Goolrick se prête particulièrement bien à ce roman, qui rappelle Arrive un vagabond dans ses thématiques et son sens du romanesque.

L'héroïne de ce récit est une femme complexe, qui oscille entre son sens du devoir et son appétit insatiable pour la vie, l'amour, le plaisir. L'auteur décrit avec beaucoup de finesse ce personnage, dans ses contradictions et nous emporte dès les premières pages dans une atmosphère parfaitement contée.

Je lui reproche juste quelques répétitions (à moins que ce ne soit la traduction qui vacille un peu?) et une fin un peu tirée par les cheveux...

A la suite du roman on trouve une nouvelle, dans le style autobiographique qui est la deuxième corde à l'arc d'écriture de Robert Goolrick. Il mène son récit avec beaucoup de talent, c'est donc un double plaisir de découvrir ce livre !

"Celle qui fuit et celle qui reste" : une plongée lumineuse dans l'Italie des années 70

20 Mai 2021 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans étrangers

Celle qui fuit et celle qui reste d'Elena Ferrante (Gallimard)

Troisième opus de cette saga incontournable, j'ai retrouvé avec plaisir Elena et Lila. J'ai lu longtemps après les deux premiers tomes ce roman, et j'ai eu besoin de quelques pages pour me remettre dans l'histoire, les personnages et l'ambiance. Mais ensuite, impossible de lâcher ce livre !

C'est toujours l'écriture électrisante d'Elena Ferrante qui nous emporte, et la profondeur de son texte ne transige pas avec le plaisir qu'à le lecteur à se laisser emporter par ces personnages si vivants. Ajoutez à cela le contexte politique et social très particulier de l'Italie du début des années 70, dépeint avec beaucoup de précision par l'autrice et vous avez un roman très réussi.

Évidemment, je vous conseille vivement cette série, si vous ne l'avez pas encore dévorée !

"Poursuite" : haletante histoire

10 Avril 2021 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans étrangers

Poursuite de Joyce Carol Oates (Philippe Rey)

Dernier livre en date de cette auteure prolifique pour qui j'ai une véritable admiration, Poursuite est un petit bijou ultra concentré. JC Oates nous offre un roman complexe et ramassé, qu'on a beaucoup de mal à lâcher ! Deux histoires s'imbriquent, celle de la mère et de la fille et de nombreuses thématiques traversent le roman : la religion (à la mode américaine), les violences conjugales, le retour des soldats après la guerre en Irak...

C'est une atmosphère toujours particulière, presque palpable qui entoure les romans de JC Oates. Là encore, elle réussit parfaitement son pari de nous entraîner dans une histoire aux personnages consistants et à l'intrigue prenante en à peine plus de 200 pages...

"Ainsi passe la gloire du monde" : fin de la chute.

17 Février 2021 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans étrangers

Ainsi passe la gloire du monde de Robert Goolrick  (Anne Carrière)

J'adore Robert Goolrick. C'est un de mes auteurs préférés, son écriture est d'une richesse extraordinaire et d'une qualité parfaite. Il a un don pour faire apparaître les personnages sous les yeux de son lecteur.

Malheureusement, il m'a déçu avec ce roman, suite et fin de sa trilogie entamée avec l'extraordinaire Féroces et poursuivit avec La chute des princes. Cette fois, Rooney est esseulé, malade et vieillissant. Il est rongé par la nostalgie de ses années fastes, hanté par son histoire et obsédé par Trump et l'avenir des Etats-Unis. Mais ce personnage m'a surtout semblé profondément aigri et je me suis clairement ennuyée durant la première moitié du roman.

Seul trouve grâce à mes yeux le talent d'écriture de l'auteur, qui fait que je suis allée jusqu'au bout du roman. Si je conseille d'autres titres de Robert Goolrick avec enthousiasme, ce ne sera pas le cas de celui-ci...

"Les impatientes" : cruels destins de femmes.

25 Janvier 2021 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans étrangers

Les impatientes de Djaïli Amadou Amal  (Emmanuelle Colas)

C'est un plaisir de découvrir ce roman d'une auteure camerounaise, primé par le Goncourt des lycéens 2020. Trois récits de femmes s'enchaînent pour nous immerger dans la société peule où le mariage forcé, le viol et la polygamie sont au cœur de la vie des "concessions".

C'est un récit extrêmement violent et écrit avec précision et limpidité. Les thèmes abordés sont bouleversants et donc profondément utiles ! Les personnages sont attachants et donnent tout sa force au récit. Malgré tout, j'ai eu du mal avec de nombreux passages car on ne peut pas ignorer que la fiction rejoint souvent la réalité... Là où on leur dit "patience" on a envie de crier, c'est difficilement supportable...

Un roman indispensable pour ouvrir les yeux sur toutes les violences que les femmes subissent sous couvert de traditions.

"Le petit paradis" : totalitarisme et intériorité

24 Mars 2020 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans étrangers

Le petit paradis de Joyce Carol Oates  (Philippe Rey)

En voilà un joli titre en période de confinement ! Joyce Carol Oates explore tous les styles littéraires. Cette fois, c'est une dystopie qu'elle nous propose, dans une Amérique du futur où une adolescente se retrouve victime d'un régime totalitaire. Elle est envoyée dans l'Amérique des années 50, condamnée à perdre son identité et ses repères.

C'est une façon intéressante d'aborder la quête d'identité des adolescents, les premières amours et la solitude. Mais ce n'est pas, à mon avis, le roman le plus réussi de la prolifique et géniale auteure. Un roman moins bien réussi d'une auteure géniale... Cela reste donc un bon roman ! Mais le contexte et l'univers dans lesquels les personnages évoluent (celui du futur comme celui du passé) sont à mon sens un peu trop rapidement brossés. Je suis restée un peu sur ma faim...

"Un livre de martyrs américains" : quand les contraires s'attirent.

24 Janvier 2020 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans étrangers

Un livre de martyrs américains  de Joyce Carol Oates  (Philippe Rey)

C'est une constante depuis plusieurs années pour moi : quand je vis un moment difficile ou du moins perturbé de ma vie, je prends un livre de Joyce Carol Oates car je suis sûre que je ne serai pas déçue et bien accompagnée le temps de ma lecture. Et quand ce livre fait 860 pages comme ici, j'ai la certitude que mon horizon se sera éclairé avant la fin de ma lecture !

Une fois encore, le talent de Joyce Carol Oates fait mouche : ce solide roman met en scène un assassin imbibé de délires christiques et une victime persuadée de sa toute puissance... Les deux portraits se croisent, se rejoignent, et l'histoire se poursuit auprès de leurs filles, marquées durablement par le drame.

Tout le talent de l'auteure est de rendre ces personnages infiniment plus complexes que je ne les décris, profonds, terriblement différents et en même temps souvent proches. C'est aussi un portrait de l'Amérique conservatrice VS l'Amérique progressiste qui trouve forcément un écho dans l'actualité.

Un livre magnifique, comme toujours.

"Le nouveau nom" : une suite parfaite.

22 Septembre 2018 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans étrangers

Le nouveau nom : l'amie prodigieuse, tome 2  d'Elena Ferrante  (Gallimard)

Après un premier tome convaincant (voir ici ), nous retrouvons Elena et sa fascinante amie dans cette Naples des années 60. Maintenant jeunes filles, l'une suit des études et tente de s'extraire du quartier et de sa violence, l'autre mariée, est désormais plus aisée grâce à l'argent de divers trafics... A cette période charnière de la vie, tiraillée entre émancipation et attachement, les deux héroïnes vont affronter ensemble les péripéties de leurs vies personnelles.

L'écriture est toujours aussi fluide, et l'histoire, pleine de rebondissements, se dévore.Quelques longueurs apparaissent cependant au cours du roman, mais rien que ne vienne gâcher l'impression générale si plaisante !

"Femme interdite" : femmes au Yémen.

16 Juin 2018 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans étrangers

Femme interdite  d'Ali Al-Muqri  (Liana Levi)

Cet auteur yéménite a pris le risque, dans ce roman, de parler de la condition et de la sexualité des femmes dans son pays. A travers le parcours d'une jeune femme, qui va osciller entre liberté et coercition, il décrit les courants contradictoires qui secouent le Yémen. A la fois ouvert sur le monde et réactionnaire, le pays laisse très peu d'espace aux femmes.

Ce roman a donc le mérite de parler de ce sujet et de nous éclairer sur la position contradictoire des yéménites d'aujourd'hui. Cependant, on ne peut pas dire que l'auteur fasse des miracles : l'écriture (probablement mal servie par une traduction hésitante) est sans intérêt. Et l'auteur a bien du mal à se mettre dans la peau d'une femme : il en ressort beaucoup de clichés...

Mais c'est un roman ambitieux, qui, s'il 'natteint pas ses promesses, ouvre une porte sur un univers méconnu...

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs