Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La petite bibliothécaire

"Une poupée au pays de Daech" : entre ironie et réalisme.

25 Novembre 2016 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Une poupée au pays de Daech  d'Eli Flory   (Alma)

Ce premier roman m'a fait oscillé entre agacement et plaisir. L'auteure, à l'écriture énergique, livre un texte au thème original. On y découvre la célèbre poupée Barbie aux mains de l'état islamique. Choc des cultures, forcément.

Si le sujet n'est qu'un prétexte pour aborder des thèmes plus profonds, il faut d'abord passer toute la première partie du roman pour l'apprécier. Alors, certes, le texte est court, mais c'est bien dommage de ne pas être allé directement à l'essentiel...

Cependant, comme c'est un roman féministe, qui se permet même un passage en langage inclusif, je ne peux pas vous le déconseiller... A découvrir pour les curieux!

 

"A la place du mort" : à la place de l'enfant, à la place de la victime.

19 Novembre 2016 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

A la place du mort  de Paul Baldenberger   (Ed. des Equateurs)

Ce texte nous happe pour ne plus nous lâcher. Une histoire sordide racontée avec simplicité, recul et sans pathos : voilà le secret de la réussite de ce roman.

Un jeune garçon de douze ans est kidnappé par un pédophile, qui lui fait vivre trois heures d'enfer. Dis comme ça, on peut avoir envie de passer son tour... Mais c'est sans compter sur le talent de l'auteur qui construit son roman avec une sincérité et une justesse déconcertantes.

L'écriture permet d'explorer les sentiments de ce jeune garçon et de comprendre les répercussions de cet événement sur sa vie, sa famille, son brutal passage du monde de l'enfance au monde adulte. Un roman fort, juste et beau, dont l'écriture permet de donner de la profondeur à ce que l'on voit souvent comme un simple fait-divers.

 

"Cellule" : la mort, la vie et l'entre-deux...

17 Novembre 2016 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Cellule de Lou Marcouly-Bohringer   (Flammarion)

C'est un texte très court, percutant. Comme une grande respiration, un monologue de théâtre ou une longue poésie. L'auteure nous fait vivre le temps à part de la maladie de sa mère et la place délicate de l'enfant qui voit son parent diminué. Le quotidien pesant de l'hôpital, le soutien de la famille, la solitude et surtout l'angoisse à l'idée que le cancer gagne la partie... Lou Marcouly-Borhinger avait de quoi faire un très beau livre.

Malheureusement, le texte manque cruellement de contrepoids : on n'entend ici que la narratrice. Du coup, le récit semble bancal, inachevé, et trop facile. On ne peut s'empêcher de penser que l'auteure avait plus de prétention pour son livre qu'elle ne le laisse paraître.

Un texte à découvrir cependant, quarante minutes de lecture comme le résumé d'une immense détresse...

 

"Amours sur mesure" : rien de nouveau sous le soleil...

12 Novembre 2016 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Amours sur mesure   de Mathieu Bermann    (POL)

Si ce roman a pour avantage de se lire vite, il a pour inconvénient de n'être ni palpitant, ni bien écrit. Mais parfois, on ne sait pas pourquoi, on va au bout de ce genre d'ouvrages, moins par conviction que par indulgence (c'est un premier roman).

Le thème est classique, voir éculé : un jeune homme bisexuel navigue entre ses histoires d'amour à géométrie variable. Pas vraiment fouillé, le roman passe à côté de son sujet en voulant trop en faire. L'écriture assez lourde n'arrange rien. Bref, un livre dont on peut légitimement se passer.

"Garde corps" : vengeance glacée...

4 Novembre 2016 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Garde corps  de Virginie Martin  (Lémieux)

Quel point commun entre une pré-adolescente esseulée agressée sexuellement et une ministre du travail ambitieuse?

Il s'agit en fait du personnage principal de ce roman engagé et utile. On y découvre l'évolution d'une femme meurtrie par une agression qui va bouleverser sa vie et la rendre aussi déterminée et que résiliente. Mais on y perçoit surtout les ravages et les traumatismes causés par les violences masculines.

Ce roman libérateur, cathartique, peut sembler parfois un peu simpliste mais il est efficace et prenant. Une découverte!

 

"Négos" : de l'art et la manière d'obtenir ce que l'on veut.

2 Novembre 2016 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Négos  de François Mayer  (Lémieux)

Je ne serai pas allée spontanément vers ce livre... Mais finalement, je ne regrette pas de m'y être arrêtée. Ce premier roman écrit par un ancien polytechnicien nous plonge dans un univers peu abordé dans les romans contemporains : celui d'un chef d'entreprise en pleine négociation de contrat avec les représentants d'un pays instable politiquement.

Si le style manque parfois un peu d'âme, on est vite absorbé par les tensions et les rebondissements du monde des affaires. Avec son personnage principal loin des clichés, le roman prend un peu d'épaisseur.

Quand on aime la politique, les négociations et tous les ressorts psychologiques qui s'y attachent, on ne peut que se régaler de ce roman original.

 

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs