Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La petite bibliothécaire

"Toutes les familles sont psychotiques" : mitigé cochon d'inde!

25 Mars 2011 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans étrangers

Toutes les familles sont psychotiques   de  Douglas Coupland   (Au Diable Vauvert)

 

 

J'ai été déçue par ce roman. Oui, peut-être que ma rencontre avec Douglas Coupland à travers JPod aura été un coup de foudre sans suite... Et moi qui rêvait d'une belle histoire d'amour avec cet auteur qui, sur le papier (on en revient toujours à ça avec les auteurs!) avait tout pour me plaire!

Mais j'ai trouvé ce roman trop... bordélique. C'est le seul mot qui me vient à l'esprit, même si ce n'est pas le plus gracieux. Ce qui m'a beaucoup gêné dans ce texte c'est que les scènes fatidiques, qui orientent tout le roman et le rythment, sont expédiées en deux paragraphes... Mieux vaut ne pas relâcher son attention, sinon c'est l'incompréhension qui s'impose! Résultat, il m'a fallu à plusieurs reprises reprendre en arrière ma lecture (chose qui m'arrive rarement et dont j'ai horreur) pour réussir à suivre. Voilà qui m'a gâché tout le plaisir.

Il faut dire aussi que le rythme du roman est assez aléatoire. Il faut par exemple parvenir presque à la moitié pour qu'enfin l'auteur nous livre une information essentielle sur les personnages! Du coup, à moins de reprendre toute la lecture depuis le début, on doit accepter de se sentir frustré...

Cependant la fin du roman, relève un peu le niveau. Tout devient complétement déjanté, l'histoire se fait burlesque et loufoque, et c'est un plaisir.

J'apprécie également toujours autant l'écriture vive de Douglas Coupland et ses expressions savoureuses (que la traduction sert à merveille!).

C'est donc un effet mitigé que m'a procuré ce roman, que je recommande aux fans mais qui, je pense, peut être laissé de côté par tous les autres...

"Moon Palace" : puissant, palpitant, excellent...

7 Mars 2011 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans étrangers

Moon Palace de Paul Auster  (Actes Sud)

 

  51WH1HQY8TL SL500 AA300

J'ai dévoré ce roman en quelques jours. Passionnant, excellent... J'ai autant aimé l'écriture de Paul Auster : son style vif et limpide; que l'histoire en elle-même : imaginative et bien ficelée. C'est la force de Paul Auster, qui parvient à nous faire entrer dans une histoire complexe et originale avec autant de facilité que s'il s'agissait d'un livre pour enfant. Pas de fausse note dans la cohérence de l'intrigue, une écriture de qualité... Que demander de plus? Pour moi, c'est parfait. En plus c'est parfois très drôle, et toujours puissant, avec des images et des situations marquantes.

Ceux qui aiment les récits vifs, avec de l'action seront servis. Ceux qui se passionnent pour la psychologie des personnages le seront tout autant. Ceux dont le but ultime est de deviner la fin de l'histoire devront faire preuve d'imagination...

En clair, c'est un très bon roman, que je conseille à tous!

  

"Shangai baby" : recommandable, malgré tout.

6 Mars 2011 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans étrangers

515CRMDC35L SL160 AA160Shangai baby  de Weihui  (P.Picquier)

 

 

C'est un roman qui a eu un fort retentissement lors de sa parution en Chine. Le sujet est en effet assez sulfureux : c'est la vie d'une jeune auteure shangaïenne à la sexualité libérée qui nous est contée. Bon, il n'y a rien de subversif là-dedans à nos yeux... Mais il ne faut pas perdre de vue en lisant ce roman qu'il a été novateur.

Ce que j'ai préféré dans ce livre, ce n'est pas tant la vie sentimentale de Coco, l'héroïne, mais la mise en abyme du travail de romancier qui sert de fil conducteur au livre. En effet, tout au long du roman, Coco écrit elle-même un livre et utilise ses expériences de vie comme matériaux à son oeuvre. On se retrouve donc lecteur de deux romans à la fois et on peut réfléchir et s'interroger sur la part autobiographique de chaque fiction. De ce point de vue là, ce livre est assez intéressant. Coco est aussi un personnage attachant, et les descriptions de Shangaï donne envie d'aller visiter cette ville pleine de contradictions.

Mais j'ai été attérée par la mauvaise qualité de l'écriture et/ou de la traduction. Les tournures de phrases sont lourdes, maladroites, les expressions et les météphores sont soit d'une simplicité navrante, soit alambiquées au possible.

Résultat, on perd beaucoup de la force de du roman et j'ai été déçue par la lecture de ce livre qui gagnerait certainement à être retraduit ou lu en version originale...

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs