Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La petite bibliothécaire

"Le guide de l'incendiaire des maisons d'écrivains en Nouvelle-Angleterre": drôle et impertinent.

27 Juillet 2010 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans étrangers

Le guide de l'incendiaire des maisons d'écrivains en Nouvelle-Angleterre  de Brock Clarke  (Albin Michel)

 

 

C'est un titre à rallonge qui attire l'oeil et suscite la curiosité... Mais j'avais quelques craintes à lire ce roman puisque je n'y connais pas grand chose en littérature américaine classique. Heureusement, il est inutile d'avoir des connaissances encyclopédiques sur ce sujet pour apprécier la lecture de ce roman original.

La narration est particulièrement bien réussie: le narrateur nous conte ses aventures tout en prodiguant des conseils assez farfelus qu'il est censé mettre dans un deuxième ouvrage que nous ne lirons pas et qui s'appelle "le guide de l'incendiaire des maisons d'écrivains en Nouvelle-Angleterre". L'auteur joue donc sur le genre même du roman et s'amuse avec son personnage qui est presque l'incarnation de la malchance. C'est un personnage attachant, drôle,  lucide et provoquant des catastrophes du début à la fin du roman.

Cette histoire est aussi un hommage à la littérature, à tout ce qu'elle apporte mais aussi, et c'est là l'originalité du livre, à tout ce qu'elle peut créer comme problèmes. Une galerie de personnages nous montrent tous les mauvais côtés de la lecture de romans: de la prof de lettres désabusée et alcoolique à l'écrivain en mal d'idées volant l'histoire des autres...

Eh oui, la littérature peut être néfaste, c'est ce qu'on apprend dans ce roman. Autant dire qu'il s'agit là d'une lecture essentielle que je vous conseille chaleureusement!

"Les femmes": ou l'histoire d'un homme.

20 Juillet 2010 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans étrangers

Les femmes  de T.C. Boyle   (Grasset)

 

 

C'est un énorme pavé. Autant vous prévenir tout de suite, ce n'est pas le genre de roman qu'on lit le soir avant de s'endormir sous peine de mettre plusieurs années à le terminer. C'est un livre dense, complexe, travaillé, où chaque mot compte.

L'histoire est celle d'un architecte (personnage ayant bel et bien existé) et de ses déboires conjugaux et financiers. Chaque portrait de femme est un bijou qui rend ce roman si attrayant et qui nous pousse à poursuivre sa lecture parfois ardue. Mais c'est une réussite! Cette biographie (très littéraire bien sûr!)  passionne et marque durablement.

Seul bémol, j'aurais aimé compte-tenu de la profession du personnage principal, Frank L. Wright (qui est notamment l'architecte du musée Guggenheim), que soir plus détaillé l'aspect professionnel de sa vie et sa façon de travailler.

Mais cela reste un excellent livre, que je vous conseille et dont son auteur doit être fier!

"Park Life": un petit roman pour les rêveurs citadins...

14 Juillet 2010 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans étrangers

Park Life de Yoshida Shuichi   (Editions Picquier)

 

 

C'est un court roman, qui se lit aisément et nous entraîne dans le monde intérieur de son narrateur, jeune japonais solitaire et rêveur. Le personnage central de ce livre est peut-être le parc que fréquente le narrateur où il rencontre une femme aussi mystérieuse qu'attirante, un vieil homme étrange, une joggeuse originale...

C'est un roman au rythme onirique, entrecoupé de "madeleines de Proust" qui peuvent parfois perturber un peu la lecture. Pas beaucoup d'action ni de suspens, une intrigue assez ténue... Voilà un livre fait pour les lecteurs aimant les romans poétiques.

La qualité d'écriture est bien là mais la traduction est parfois un peu poussive. Du même auteur, je vous conseillerai donc plutôt Parade mais Park Life a aussi son charme, alors n'hésitez pas!

"L'odeur de l'eau": et le goût du style.

9 Juillet 2010 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

L'odeur de l'eau de Christian Brissart   (Black-out)

 

 

C'est un roman vif, violent, dérangeant... Un fiction hybride qui oscille entre policier, autobiographie, récit... Un joyeux mélange des genres porté par un personnage principal au look d'anti-héros, de "looser". L'intrigue n'est pas toujours très claire, on ne sait pas trop où l'auteur souhaite nous entraîner. Mais on le suit au cours des péripéties de son héros au bord de la crise de nerf.

Si l'histoire et les personnages ne me laisseront certainement pas un souvenir impérissable, j'ai par contre beaucoup apprécié le style. C'est une écriture propre, efficace, agréable. Le rythme ternaire nous emporte dans la lecture, et les insertions de phrases courtes coupent soudainement la lecture, comme pour nous permettre de reprendre notre souffle... Une belle écriture donc, qui motive à elle seule la lecture de ce roman.

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs