Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
La petite bibliothécaire

Articles récents

"Je te retrouverai" : la quête du père.

13 Octobre 2017 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans étrangers

Je te retrouverai  de John Irving  (Seuil)

C'est un pavé, mais un pavé passionnant! Ce roman de John Irving est une petite merveille, une histoire contée comme d'habitude à la perfection. On y parle de la recherche du père, de tatouages, de théâtre, de cinéma et d'écriture...

C'est un roman riche, qui permet de voir grandir et évoluer son héros. On vit au début du roman son enfance, et à la fin du livre c'est autre interprétation de l'histoire que l'on découvre. Cette mise à distance, ce regard neuf apporté par le narrateur sur son propre récit est une prouesse littéraire.

Et comme d'habitude avec John Irving, l'écriture parfaite sait trouver le juste milieu entre qualité et plaisir de la lecture.

"Les cahiers d'Esther : histoires de mes 11 ans" : la vraie vie d'une pré-ado.

10 Octobre 2017 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #BD, mangas

Les cahiers d'Esther : histoires de mes 11 ans  de Riad Sattouf  (Allary éditions)

Voici la suite des aventures d'Esther, rencontrée il y a quelques mois dans une BD rafraîchissante (voir ici). A 11 ans, Esther aime toujours autant son papa mais s'intéresse aussi aux garçons, elle a de nombreuses meilleures copines, des passions qui l'animent et un nouveau petit frère.

Esther est attachante et dépeinte (puisque c'est une vraie petite fille dont il s'agit!) avec justesse. Ici, pas de mièvrerie déplacée, pas de moquerie déguisée : Riad Sattouf poursuit son travail avec l'acuité d'un sociologue.

J'ai adoré et dévoré cette bande-dessinée qui m'a rappelé cet âge charnière et qui m'a interrogé en tant que mère. A lire, assurément!

 

"Son absence" : le roman vide.

7 Octobre 2017 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Son absence  d'Emmanuelle Grangé  (Arléa)

On entre à travers ce roman dans le microcosme d'une famille qui a vu disparaître, s'évaporer, l'un des siens. Le roman est donc une galerie de personnages, le récit de petites anecdotes autour de l'absent. Évidemment, cela se veut universel mais c'est seulement très parisien...

Si l'écriture n'est pas mauvaise, elle n'a rien d'exceptionnelle. L'histoire elle-même n'a pas d'intérêt. Seule l'ambiance semble avoir été travaillée. Mais elle ne laisse pas une impression durable...

Bref, c'est un roman qui, sans être mauvais, n'a rien qui "accroche" et on peut risquer de s'en passer.

"Innocence" : l'enfance volée.

6 Octobre 2017 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Innocence d'Eva Ionesco   (Grasset)

Je partais avec des a priori négatifs sur ce roman. L'auteure très médiatique, le sujet sulfureux... Je lisais ce roman pour constater l'étendu des dégâts! Finalement, j'ai été agréablement surprise de voir que ce premier roman est une réussite.

Si Eva Ionesco aurait pu se permettre de raconter son enfance traumatisante (elle fut photographiée par sa mère dans des compositions pornographiques dès ses 4 ans) elle dépasse parfaitement cet écueil. En centrant son roman sur l'absence de son père, elle parvient à donner un éclairage profond et riche à son propos. Elle réussit également à retranscrire la candeur enfantine avec brio.

C'est finalement un très bon premier roman, bien écrit et bien construit. La seule question qui subsite est : comment faire un second roman après avoir pris un thème aussi personnel pour le premier?

 

 

"Ainsi soient-ils" : une série qui gagne à être connue.

2 Octobre 2017 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #séries TV

Ainsi soient-ils

Cette série française en trois saisons a un thème qui peut paraître aride : le quotidien de jeunes hommes entrant au séminaire. Mais ce quotidien est riche en relations humaines complexes, en questionnements existentiels... Et il est même ponctué de complots politiques et d'histoires d'amour.

La première saison est en demi-teinte : le jeu de certains acteurs est maladroit, les dialogues sont parfois trop théâtraux... Mais petit à petit, la série s'affirme, les personnages s'étoffent et l'histoire gagne en intérêt. On suit avec plaisir durant les trois saisons les personnages et finalement, on les quitte avec regret. Quant à la religion, sa présence est parfaitement dosée : assez pour que l'atmosphère soit bien posée, et pas trop, afin de ne pas lasser les irreductibles athées!

Alors ne laissez pas impressionner par la thématique ou les premiers épisodes poussifs et plongez dans cette série de qualité!

"La vague" : tout est bien qui finit bien...

8 Septembre 2017 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #BD, mangas

La vague  de François Durpaire et Farid Boudjellal  (Les Arènes)

C'est le dernier tome de la trilogie initiée par La présidente sur une hypothétique ascension de Marine Le Pen au pouvoir.

Comme pour le deuxième tome, j'ai un avis mitigé sur ce dernier opus. Si la thématique est toujours aussi riche et intéressante, j'ai trouvé la BD trop bavarde... Quand au "happy end" final, il me paraît assez invraisemblable comme tenu de la noirceur du premier épisode...

Malgré tout, cela reste une bande-dessinée à lire, mais plus pour les questions qu'elle soulève que pour la réponse qu'elle apporte !

"Chien pourri" : l'attachant anti-héros.

4 Septembre 2017 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #littérature jeunesse

Chien pourri  de Colas Gutman et Marc Boutavant   (L'école des loisirs)

Pour les enfants à partir de 8 ans, ce petit roman mêle humour et "leçon de vie". Un chien qui n'a rien pour lui (moche, passablement idiot et malchanceux) accompagné d'un chat ayant les mêmes caractéristiques va partir à la recherche d'un peu d'affection auprès des humains... Mais il va surtout trouver des ennuis et des aventures cocasses!

Les illustrations complètent à merveille cette histoire qui pourra être lue aussi bien par les enfants seuls que par les parents qui s'amuseront tout autant!

"Marx et la poupée" : l'exil et sa douleur.

1 Septembre 2017 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Marx et la poupée  de Maryam Madjidi   (Le Nouvel Attila)

Percutant, ce premier roman remarqué donne envie de suivre de près son auteure! Largement autobiographique, l'histoire est celle d'une petite fille qui grandit en Iran auprès de ses parents, communistes convaincus. Ils doivent fuir la révolution et arrivent en France. 

L'enfant doit alors s'approprier une nouvelle langue, une nouvelle vie et s'éloigne ainsi de ses parents qui sont brisés par cet exil. La réflexion sur la difficulté d'être entre deux pays, deux langues et deux cultures fait tout l'intérêt du roman. 

Quant à l'écriture, elle est l'instrument parfait de cette histoire, à la fois sujet de douleur et instrument de réconciliation. Un roman que je vous conseille! 

 

"Polina" : l'art et la grâce.

5 Août 2017 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #BD, mangas

Polina de Bastien Vivès   (KSTR)

J'ai beaucoup aimé le trait de Bastien Vivès dans cette bande-dessinée qui mêle force et finesse. On suit ici le parcours de Polina, jeune danseuse russe, de ses années d'apprentissage au sein d'une prestigieuse académie jusqu'à son heure de gloire comme danseuse contemporaine.

Le personnage de Polina est travaillé, les silences, l'atmosphère sont aussi parlants que les dialogues. Ajustant avec précision l'image et le texte, c'est un vrai plaisir de lire cette bande-dessinée qui ne prend pas toujours le chemin de la facilité.

Une belle histoire dans un bel écrin, une BD à lire!

"Mitterrand : un jeune homme de droite" : dans l'ombre du grand homme.

28 Juillet 2017 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #BD, mangas

Mitterrand, un jeune homme de droite  de Philippe Richelle et Frédéric Rébéna  (Rue de Sèvres)

Je n'ai pas vraiment accroché avec cette bande-dessinée. Pourtant, passionnée par la politique et toujours friande de biographies dessinées, elle avait tout pour me séduire! Mais le trait sombre et le propos obscur ne m'ont pas séduite.

En se concentrant sur les années de guerre vécues par MItterand, les auteurs tentent d'expliquer un des mystères du personnage : ses rapports avec le gouvernement de Vichy. Mais malgré un titre clair (Mitterand était plutôt à droite dans sa jeunesse) le but de la BD est assez flou. Veut-on nous faire voir l'homme sous un autre angle? Décrypter ce qu'il a pu vivre et ressentir (si c'est ça, c'est plutôt raté)?

Bref, une petite déception pour cette BD!

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs