Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
La petite bibliothécaire

Articles récents

"Bellefleur" : histoire de famille et grand livre.

18 Mai 2017 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans étrangers

Bellefleur de Joyce Carol Oates   (Stock)

C'est un roman aussi volumineux que dense, une sorte de saga familiale étrange et spectaculaire. La structure incroyable de ce livre de 800 pages fait que l'on ne se lasse jamais, et que le lecteur reste toujours en tension, avide de connaître la suite.

Les personnages sont fouillés, le décor semble apparaître sous nos yeux au fur et à mesure de la lecture, les histoires entremêlées sur plusieurs générations (six tout de même!) sont fascinantes.

En plus d'être un roman passionnant et intrigant, c'est une oeuvre littéraire vraiment admirable de part sa structure. Alors si les livres épais ne vous effrayent pas, plongez vous dans l'univers de la famille Bellefleur!

 

"Mauvais genre" : une BD caméléon.

2 Mai 2017 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #BD, mangas

Mauvais genre de Chloé Cruchaudet   (Delcourt)

Cette bande-dessinée est tirée d'une histoire vraie : celle d'un poilu qui décide de se grimer en femme pour échapper à l'exécution pour désertion. Il devient alors Suzanne et joue avec son identité selon les circonstances.

C'est une histoire qui met mal à l'aise : en effet, le personnage principal, hanté par les tranchées, oscille entre violences et excès en tous genres. C'est l'histoire d'une déchéance, sans happy end et on voit sa femme souffrir à ses côtés. Le dessin vif, percutant, renforce le sentiment d'urgence et de fuite en avant que porte le héros.

Mais cette bande-dessinée est réussie car elle parvient à être à la fois troublante et passionnante, tout en étant servie par un dessin superbe. Une belle découverte!

"Hiver à Sokcho" : la délicatesse.

21 Avril 2017 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Hiver à Sokcho  d'Elisa Shua Dusapin    (Zoé)

Ce premier roman, travaillé comme de la dentelle, livre le récit d'une rencontre entre un auteur de BD normand et une jeune coréenne. L'intrigue se déroule dans un décor hivernal, à la frontière des deux Corées.

L'auteure se questionne sur l'identité, la rencontre... Elle nous dépeint avec finesse une atmosphère à la fois étoufante et pleine de promesses, L'écriture délicate permet d'aborder de nombreux thèmes sans alourdir l'intrigue et ce roman, riche et profond, reste aérien.

Un belle réussite, récompensée par le Prix Régine Deforges 2017. Un livre à découvrir!

"Monsieur Origami" : coincé entre le yin et le yang.

27 Mars 2017 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Monsieur Origami  de Jean-Marc Ceci   (Gallimard)

Ce premier roman, court et léger, se lit comme un petit poème. S'inspirant de la culture japonaise (haïkus, origamis, zen...) l'auteur se livre à un exercice de style et tisse l'histoire énigmatique d'un japonais arrivé en Italie pour l'amour d'une femme.

A mon sens, rien n'accroche dans ce roman. Il est plaisant mais sans être marquant. En voulant faire un texte minimaliste et puissant, l'auteur rate sa cible et fait seulement un texte minimaliste... Pour être original, il aurait dû s'abstenir de développer des thèmes éculés. Ou pour être "vendeur" il aurait certainement fallu donner plus de corps à ses personnages et construire une trame plus fouillée.

Alors le roman stagne dans cet entre-deux... Ni raté, ni réussi, c'est un texte en demi-teinte, à lire pour les curieux!

"Fils du feu" : la brûlure du deuil.

13 Mars 2017 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Fils du feu  de Guy Boley  (Grasset)

Dans une langue riche et travaillée, Guy Boley nous offre une histoire sensible sur le deuil. Vu par des yeux d'enfant, ce thème est décliné avec justesse tout au long du roman. Les personnages qui composent cette famille endeuillée tentent tous avec maladresse de s'extraire d'une douleur trop profonde. En parallèle, c'est tout un univers, celui de la France des dernières forges, du monde qui change trop vite, des années 60, que dépeint l'auteur dans ce premier roman.

L'atmosphère est décrite parfaitement, le texte se lit avec plaisir...  C'est un roman presque parfait! Mais peut-être un peu trop lisse... Le narrateur manque finalement d'un peu de corps, contrairement aux autres personnages qui sont éblouissants. Un coup de coeur tout de même, à découvrir.

"Mad men" : pub, femmes, alcool et cigarettes.

6 Mars 2017 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #séries TV

Mad men

Cette série, de grande qualité, nous entraîne durant ces sept saisons dans les années 60-70 aux Etats-Unis. Plus précisément c'est sur Madison Avenue que nous allons rencontrer un publicitaire tourmenté, Don Draper. A travers ce personnage, c'est tout l'univers de la publicité qui est décortiqué.

Mais la série va plus loin et apporte un éclairage particulier sur la condition des femmes dans l'Amérique post seconde guerre mondiale. Ce thème, traité en filigrane mais très prégnant, donne toute sa force à la série. Ajoutez à cela des costumes parfaits, des personnages attachants, et vous avez une série à regarder absolument !

"Une bouche sans personne" : l'absurdité du réel.

2 Mars 2017 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Une bouche sans personne   de Gilles Marchand  (Aux forges de Vulcain)

Ce premier roman est un coup de coeur pour moi! Que ce soit l'histoire, le style ou l'atmosphère du livre, tout est parfait!

Un homme maladivement secret retrouve son groupe d'amis tous les jours dans un café. Il est un jour forcé de leur raconter son histoire personnelle, douloureuse et qui croise la grande Histoire... Le roman mêle alors humour absurde et intensité dramatique pour décrire avec une justesse admirable le difficile processus de reconstruction personnelle après un drame.

Un petit bijou, aussi sérieux que drôle, à découvrir absolument!

"Chanson douce" : la confiance et l'horreur.

1 Mars 2017 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans français

Chanson douce  de Leïla Slimani   (Gallimard)

Prix Goncourt 2016, ce roman ne laisse pas indifférent. Si le style n'a rien d'exceptionnel, l'ambiance du roman est glaçante, et m'a personnellement mise très mal à l'aise. L'histoire est celle d'une nounou qui va commettre l'irréparable sur les deux enfants qu'elle garde à domicile. Grâce à une construction intelligente, on ne tombe pas dans le mauvais thriller, même si l'intrigue pourrait s'en approcher.

Mais les personnages, dont la psychologie est parfaitement disséquée, sont tous (trop) sombres... Ils témoignent cependant d'une réalité cruelle de notre époque : les femmes qui veulent travailler, le couples qui s'investissent beaucoup professionnellement se retrouvent obligés de déléguer des tâches (ménage, garde des enfants) à des personnes qui pénètrent ainsi leur intimité... Jusqu'à la toute puissance dans ce roman.

A la fois roman d'une génération et histoire morbide, ce livre est à découvrir... Même si vous risquez de ne pas passer les 100 premières pages !

"La présidente tome 2 : totalitaire" : la prospective de l'horreur.

20 Février 2017 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #BD, mangas

La présidente : tome 2 Totalitaire  de François Durpaire et Farid Boudjellal   (Les Arènes)

La suite de La présidente est une bande-dessinée toujours aussi fine sur notre vie quotidienne avec Marine Le Pen au pouvoir. Entre magouilles politiques et climat de violence généralisée, le tableau est bien sombre.

Pourtant, ce tome deux me convainc moins que le premier. Peut-être parce qu'il se situe dans un futur plus lointain, et donc plus hypothétique. Ou alors seulement parce qu'il reprend exactement les mêmes recettes que le premier tome, sans rien apporter de plus, que ce soit au niveau du dessin ou de l'histoire.

Bref, une BD utile mais pas indispensable, le premier tome suffisait!

 

"L'enjoliveur" : en direct des années 50.

14 Février 2017 , Rédigé par la petite bibliothécaire Publié dans #romans étrangers

L'enjoliveur de Robert Goolrick   (Editions Anne Carrière)

Le texte court est percutant, le style est parfait, le récit construit avec soin : ce nouveau roman de Robert Goolrick est une fois de plus un petit bijou. Il se lit vite, et on a d'ailleurs bien du mal à le poser.

C'est une presque une nouvelle, dans laquelle on retrouve les thèmes de prédilection de l'auteur : l'enfance et ses souffrances, l'absence des parents, l'alcool, les voitures (et les objets) des années 50... Formidable conteur, Robert Goolrick, avec son univers si particulier, signe là un petit livre parfait pour découvrir son style !

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs